20.3.17

Damien GUGGENHEIM, 24 mars 2017

"C'est dans cette incitation à l'invention qu'Arnim voit la signification du conte : s'il ne nous incite pas à raconter, s'il ne nous montre pas comment raconter, le conte ancien perd et sa valeur et son attrait. Arnim insiste fortement sur ce point : "Le conte fixé (définitivement) finirait par être la mort de tout l'univers du conte."" André Jolles, Formes simples, Seuil, 1972, p.177




   


le site de Damien ici
son hublot du soir à venir

13.3.17

Marianne VINEGLA CAMARA, 17 mars 2017

"Marianne est une « artiste-poète-etc » comme elle le dit elle-même sans trop savoir comment se définir…
Depuis quelques temps, les mots ne lui suffisent plus, plus elle se libère à travers la création sous toute ses formes, plus les médiums lui permettant de s’exprimer se multiplient et s’offrent à elle …
L’ontologie reste la force toujours présente dans son travail, c’est pourquoi elle trouve dans l’art brut cette liberté qu’elle recherche coûte que coûte, questionnement perpétuel où les intelligences ont l’obligation d’être nourries sans cesse sous peine d'aliénation et de soumission.
Si la broderie s’est imposée à Marianne, horsmis le rappel à la trame, le lien, la vie, c’est aussi peut-être la conséquence d'une empreinte enfantine associée aux cours de broderie, apprentissage détourné de son sexisme, en épanouissement pur."




le site de Marianne ici et ici
son hublot du soir







6.3.17

Francesc BORDAS, 10 mars 2017

Mon regard se mesure à une réalité qui nous déborde et mes œuvres deviennent une tentative d’organisation du chaos. On les lit pas pour ce qu’elles sont, mais pour l’énergie qu’elles génèrent. Le tableau devient écran, et en même temps une machine symbolique de la représentation de lui même .

« …..Aussi abstraits que peuvent sembler les paramètres rationnels avec lesquels  il travaille, Bordas les soutient par une sensibilité tellurique incontestée, persistant dans sa personnification des interrogations humaines .»
John K. Grande – Critique d’Art - Galerie Occurrence – Montréal-Canada





le site de Francesc Bordas ici 
son hublot du soir 

28.2.17

Omar IBRAHIM, 3 mars 2017


Quand le besoin intérieur de crier commence à te pousser vers les extrêmes, afin de repousser le poids de ce matérialisme obscur de la vie pratique. L’invitation à la créativité te guide pour trouver le reste. 
A ce stade, tu envisages d’utiliser les mécanismes de l’esprit, du cœur et de l’intuition pour une issue qui te protègera de la chute. Chaque moment de la production de l’œuvre artistique est un conflit passionnel contenant beaucoup d’amour. 
Après une période de lutte, les éléments de l’œuvre commencent à se conformer à tes souhaits. La composition prend forme, les couleurs s’organisent pour révéler le sens de l’œuvre. 
Tu réalises peu après que le dessin ou la sculpture est terminée. Cette même œuvre va recréer la personne que tu es. 
La relation dialectique entre l’œuvre et l’artiste te permet d’ouvrir un dialogue en toi-même. Et avec le monde qui t’entoure.


le blog d'Omar Ibrahim ici
son hublot du soir