17.4.17

Françoise PALLIER, 21 avril 2017


Le travail de Françoise Pallier cherche à donner matière à l'immatériel. L'empreinte de signes ou de visages gravés sur des carreaux de grès ou de porcelaine relatent le silence de la mémoire captée du temps, l'instant d'un songe.
« L'imagination de la matière incline à à voir dans la pâte la matière primitive. Et dès qu'on évoque une primitivité on ouvre au rêve d'innombrables avenues. » 
              Gaston Bachelard, La terre et les rêveries de la volonté, éditions José Corti 1996.






le site de Françoise ici
son hublot du soir à venir




10.4.17

Johanna PACHECO-SURRIABLE, 14 avril 2017

Partir d'un endroit pour vivre et connaître un autre lieu.
Mon lieu de naissance vers un autre lieu de naissance.
Depuis sept ans, je plie et déplie le carton, un matériau éphémère, pour représenter un territoire intime qui se déplace vers l'extérieur de soi même.
Dans mon travail j'explore le rapport de l'individu dans leur société.
Actuellement je réalise une série  intitulée "assemblages pour mieux comprendre la suite.. ", composée de formes géométriques s'unissant les unes aux autres et superposées pour former différentes positions dans l’espace.





le site de Johanna ici
son hublot du soir 

28.3.17

Cornelia EICHHORN, 31 mars et 7 avril 2017

Aborder la question de ce qu’est l’être humain renvoie à la philanthropie ou à la misanthropie, aux humanistes ou à Schopenhauer. La réponse consistant à savoir si l’humain est bon par nature.
Cornelia Eichhorn, à travers ses propositions plastiques, prend la question sous un autre angle. Elle nous questionne sur la violence d’être un humain, sur la violence de l’être humain, sur les codes comportementaux et de communication engendrant une pression perverse et parfois violente. Elle tente d’observer comment les individus se comportent au sein de le masse, du groupe, comment ils s’attribuent des rôles.
Elle cherche un langage artistique qui met-en-scène une sorte de torture infligée à ses protagonistes, soit dans leurs postures, dans leur actions ou par leur environnement. Ils deviennent ainsi des marionnettes, des cobayes qui sont forcés à incarner des dysfonctionnements des relations et valeurs humaines, les rapports de forces pervers entre l’individu et le groupe. Elle utilise une imagerie violente parce que ces contrariétés sont minimisés dans la société alors qu’il n’y a rien de plus violent parfois et qu’elles conditionnent toute notre existence.

Cette violence sociale commence souvent par nos habits. C’est ainsi que les habits prennent une place importante dans son travail, car ils expriment une sorte d’uniformisation, le vêtement demeure notre outil d’être ensemble, définit notre identité vis-à-vis d’autrui. Cornelia met l’accent sur cette étrangeté, cette absurdité des codes sociaux qui sont pourtant le signe de notre civilisation. La femme est davantage soumise à l’importance du paraître, elle est sommée de répondre à des codes sociaux: L’escarpin est bel et bien un instrument de torture! L’artiste nous donne à voir l’habit comme il est: une matière sociale, une prothèse aliénante.
                                                                                       Romuald Combe


 



l'instagram de Cornelia ici

son facebook


son hublot du soir


20.3.17

Damien GUGGENHEIM, 24 mars 2017

"C'est dans cette incitation à l'invention qu'Arnim voit la signification du conte : s'il ne nous incite pas à raconter, s'il ne nous montre pas comment raconter, le conte ancien perd et sa valeur et son attrait. Arnim insiste fortement sur ce point : "Le conte fixé (définitivement) finirait par être la mort de tout l'univers du conte."" André Jolles, Formes simples, Seuil, 1972, p.177




   


le site de Damien ici
son hublot du soir