11.12.17

IRZOUTS, 15 décembre 2017


Irzouts fabrique des vélos uniques à l'esthétique variant d'un prototype semblant sortir d'une manufacture oubliée, à des engins improbables, bricolés, mal conçus et rouillés. 
La réalisation faite exprès pour cadrer aux contraintes du Hublot semble lutter avec l'échec d'une telle entreprise. 
L'incongruité des matériaux utilisés semble confirmer ce diagnostic. 
Irzouts est à la recherche d'une fonctionnalité à la limite de l'inefficace, il cherche un équilibre précaire entre le neuf et l'usé, le déchet revalorisé confinant à la fétichisation, des mécanismes rendant la conduite plus ardue.
Chaque vélo est un défi à conduire mais le regard des autres en vaut la peine et procure de la joie.







                                le site de IRZOUTS ici

                            

5.12.17

Valérie LEMARQUAND, 8 décembre 2017


Rugosité, masse, mutation.
Transcription à l'encre de la matière rocheuse. Dessin rapide sur un papier qui se déforme en absorbant l'eau et laisse apparaître sa tranche. La forme prend une grande partie de la surface du papier, elle est proéminente et oscille entre la tâche, les traits du pinceau et la représentation d'un volume massif aux aspérités rugueuses et dures. Forme centrale et frontale, en lévitation ou en chute, elle évoque une solidité mais également un mouvement, un mécanisme lent de transformation et d'expansion.
Il y a le procédé du déplacement et celui de l’ellipse. Je choisis des objets existants que je sépare de leur contexte : ils deviennent des motifs que je m’approprie en déplaçant ou occultant un élément de leur constitution. Une brèche s’ouvre de l’objet réel à l’objet représenté, je crée un écart pour mieux me distancier de l’objet réel, le réinterpréter, lui donner un sens nouveau, le subvertir. Mes sculptures se situent dans un entre-deux qui les rendent instables et ambigües.
Formée à la broderie, je défais ce savoir-faire en le détournant : dans sa technicité, par le déplacement de matériaux et dans sa fonction décorative par le choix de motifs inappropriés.
Je m’intéresse à la présence de l’objet et à sa valeur physique. Mon processus de travail est manuel et implique le corps dans un rapport performatif au matériau. Je me lance dans des entreprises dont l’issue est incertaine et les problèmes se résolvent au fur et à mesure. Cela exige parfois des temps longs de travail et me met à l’épreuve physique et psychologique.
Je me donne une règle, un principe conceptuel, que j’applique de manière répétitive, dans un laps de temps indéfini. La matière choisie vient interférer avec le cadre : souvent réfractaire, elle crée des déviations, des aléas de parcours, des trames imparfaites. La réalisation de la plupart de mes pièces ne relève pas d’une technique, mais d’actions simples telles que : coudre, tisser, superposer, modeler.
A travers mon travail j’expérimente différentes temporalités et je questionne les notions contraires de force et fragilité, de lien et absence de lien, de continuité et discontinuité.

  


le site de Valérie ici
son hublot du soir 


27.11.17

Irina RAKOVA le 1er décembre 2017

 La peinture offre une formidable possibilité de partager l’amour pour le monde, transformer
 les rêves en réalité en deux, trois coups de pinceau, rendre visible l’invisible.
 Chaque tableau est un hublot vers l’âme de l’artiste qui peut alors aider à entamer un dialogue, 
 établir une connexion, créer un lien.




     



Le site d'Irina RAKOVA ici

son hublot du soir


19.11.17

Roland SCHÄR le 24 novembre 2017

Les ondes au Hublot
Par la lentille du Hublot, nous regardons alternativement à travers un microscope ou un télescope;
c’est un regard grossissant, mais nous ne connaissons pas les échelles de départ.
Des fragments d’ondes parcourent l’espace des feuilles, comme elles parcourent notre corps, ou l’espace cosmique, ou un paysage où serpente un fleuve, une rivière.
Le geste calligraphique est le sismographe de sa propre irritation, ou de son apaisement. les rehauts de couleurs donnent des accents aigus ou sourds, et les lignes entrent en résonance entre elles. 
On les écoute comme des notations musicales et on les regarde comme les battements du coeur d’un paysage, minuscule ou infini.

Roland Schär, novembre 2017 









                       Le site de Roland SCHÄR ici

                       son hublot du soir