21.2.17

Sylvie AUCOUTURIER, 24 février 2017

Au commencement était le corps.
Le corps du modèle qui pose, décrit de quelques coups de crayon rapides, dessiné par l'ombre et la lumière,
Et puis, dans la solitude de l'atelier, le corps s'habille de couleur, s'estompe dans le fond pour mieux se révéler et devient représentation d'un espace.

"Pour le sujet, le corps est le moyen d'insertion dans le monde" - Merleau-Ponty




le site de Sylvie ici
son hublot du soir à venir

14.2.17

Pierre DAUGUET, 17 février 2017


Des peintures rupestres attestent que l'homme a inventé le ressort depuis plus de 10 000 ans, sous la forme de l'arc, constitué essentiellement d'une pièce courbe flexible dont l'élasticité permet de ramener la pièce à sa position initiale lorsqu'elle est déformée ; le ressort a ainsi joué un rôle déterminant dans l'essor des civilisations.
Un ressort idéal est parfaitement élastique et reprend sa forme de repos, ou l'une de ses formes de repos s'il en a plusieurs, après avoir subi une déformation.

30.1.17

Fabienne OUDART, 3 février et 10 février 2017

"Avec des coupures à cause du manque de place"
Faire sien les mots des autres, les lire, les relire, se les mettre en bouche.
Voilà le point de départ, l'origine du projet.
Vocables que je pique.
Comme une femme qui pour garder son amant en dessine son ombre, je trace des mots.
De la pointe je troue, piquette la surface de formes sphériques.
Ils se découvrent, se mèlent, s'entrecroisent.
Réinventent une partition.
Parmi les contributeurs : Samuel Beckett, Edmond Jabes, Claude Simon, Kateb Yacine, Patrick Chamoiseau, Marguerite Duras, Erri de Luca, Jack London, Annie Ernaux, Elias Canetti,  Michèle Audin, Gaël Faye, Fernando Pessoa, Janet Frame et Marcel Proust.










le site de Fabienne ici
son hublot du soir


23.1.17

Marianne PRADIER, 27 janvier 2017.

Marianne Pradier travaille la peinture sur bois, jouant avec les codes de l’icône et des peintures chrétiennes. Ses figures se déploient sur fond abstrait rouge ou gris, et reflètent son intérêt pour les mythologies et allégories archaïques et contemporaines, séculaires et populaires.
« Je vois trois manifestations principales de l’être créé. La figure, le personnage et le masque. La figure sait que nous sommes en train de la regarder, elle est d’ailleurs là pour ça, elle a quelque chose à nous dire en face. Le personnage vit sous la cloche de verre hermétique de la fiction [...]. Le masque est au-dessus de ces considérations, car étant un objet il réagit invariablement infailliblement aux regards. Il est donc la manifestation la plus complète et la plus surnaturelle des trois. Je collectionne les masques. »









 Le site de Marianne ici
son hublot du soir