20.5.18

Sophie BERNARD, le 25 mai 2018


« (…) cherchant dans le blanc de la toile à faire naitre un monde d’êtres exilés dans l’espace de la peinture, Sophie Bernard a peu à peu dépeuplé ses compositions de tous les détails capables de le priver de cet état d’alarme recherché en liant l’apparition de ses personnages à l’effacement de tout ce qui leur est étranger, elle a donné forme à des corps aux aguets, à des corps captifs, rivés à leur condition d’images (…).
La toile n’est plus blanche, mais reste brute, sans couleur que la sienne propre, et l’expression de notre société doit en sortir sans artifice. »
 Anne Tronche





                  Le site de Sophie Bernard ici

13.5.18

Laurent THOMAS, le 18 mai 2018

Depuis 30 ans mes gravures accompagnent mes divers travaux de peinture à l’huile, de découpages, de crayonnages, d’encres, de pastels, de sculptures en bois, métal et terre.
Les jeux incessants des formes et des matières entraînent le temps et l'espace.
                                       Le vide s'opère.
                                      L'image se révèle.
Du primitif au high-tech, Glitch-tueur « Lolothomas rainbow » ainsi va mon nouveau ressort "Le Glitch". Je joue sur l’esthétisation des erreurs numériques ou des bugs par corruption de code ou de manipulations qui provoquent des aberrations visuelles à partir de mes œuvres préexistantes.
 
Le glitch art vient nous rappeler que l'erreur est belle…
 


Pour le Hublot d’Ivry, une peinture à l’huile  où l’homme universel se révèle être aussi un autoportrait tout autant que chacun des passants de la place Voltaire.



Le site de Laurent Thomas ici
Son Hublot du soir




7.5.18

Annie BRET, le 11 mai 2018

SI MA PRATIQUE ETAIT:

Une formation : des sentiers inattendus
Une matière : le papier
Une pierre : angulaire
Une définition : sans
Une couleur : l’encre
Une expérimentation : in situ
Un élément : l’eau
Un coup de pied : dans la fourmilière
Une odeur : l’humus
Un adjectif : espiègle
Un média- médium : multiples
Une coquille vide : un oiseau
Une rencontre : imprévisible
Un gout : acidulé
Un projet : une installation nomade
Une phrase : Die materie ist eine greifbare Poesie
Un bruit : le saut du poisson
Une nécessité : le rythme
Une dance : détortiller
La marée : basse
Une action : se jeter à l’eau
Un sport : swimming

Liste non exhaustive, impermanente et modifiable...A.Bret




                       
Le site d'Annie Bret ici
                         Son Hublot du soir



29.4.18

PLACID, le 04 mai 2018

 Ça fait plus de 40 ans que je dessine tous les jours et j’ai tout essayé, et je tâche de continuer à tout essayer : caricature, dessin d’humour, dessin de presse, gravure, bande dessinée, illustration, « dessin-dessin », peinture (je fais rentrer la peinture dans la catégorie du dessin). Toutes les techniques aussi : mine de graphite, fusain, sanguine, peinture à l’huile, acrylique, encre de chine, crayon de couleur, stylo-bille, et cætera.

Mon sujet est la représentation du monde qui m’entoure, de manière fantasmatique lorsque j’étais plus jeune, et aujourd’hui de plus en plus « réaliste ». Je m’efforce de travailler sur le motif, comme le faisaient les impressionnistes à la fin du XIXe siècle, pratique tombée malheureusement trop vite en désuétude, alors qu’elle offre des ressources illimitées, et qu’elle permet de ne pas penser, mais juste de faire, sans idée préalable. Le sens vient après, si on cherche un sens, le dessin est un jeu, je m’efforce que ce jeu soit lisible par tout un chacun.
Depuis une dizaine d’années j’ai commencé une série de paysages à la gouache, avec lesquels je prépare un livre, et dont je vais exposer un bon nombre en novembre prochain à la galerie Corinne Bonnet dans le quatorzième arrondissement de Paris.
C’est un paysage de cette série que j’expose au Hublot, place Voltaire. Mon sujet est la place Voltaire, vue depuis le Hublot, gouache que j’ai réalisée sur place, les 16 et 17 avril dernier. Ainsi les visiteurs pourront comparer sujet et peinture en se retournant à 180°. J’espère que ce jeu pourra amuser les habitants de la place Voltaire et les passants d’Ivry et d’ailleurs.




                                                   Le site de Placid ici
                         Son Hublot du soir