11.2.18

Anne VAN DER LINDEN, du 16 février au 02 mars 2018

Portrait d'Anne van der Linden en Mrs. Blood
Anne Van Der Linden ne fait pas dans la dentelle. Et ses ouvertures graphiques sont - au sens premier - des opérations anatomiques. La coupure effectuée et les personnages qui la créent ou la supportent crée un jeu de miroirs  où l’animalité rejoint un gothique sous la lune noire d’une forme particulière d’amour.
En un univers corporel, sensoriel et mental l’artiste quitte pour notre plaisir la lumière vers l’obscur. De grands yeux exorbités deviennent des constellations dionysiaques. Joie et douleur y sont jumelles là où la fantasmagorie tient d’une mythologie chère aux Décadents de la fin du XIXème siècle mais où le gore côtoie l’humour aussi noir que jouissif.
L’ironie des grands créateurs irréguliers de Belgique retrouve chez Anne Van der Linden une fabulation plus que conséquentes en des contes propres à rendre insomniaques.  La psyché en est secouée et le fantastique exploré au plus près des corps là où la femme est souvent le signe de gravité au milieu d'étranges histoires d'amour sacrificielles. La transgression garde la part prépondérante pour des catharsis les plus intenses.
Jean-Paul 

                A suivre pour Anne van der Linden l'exposition "Zoo"                
                Galerie Corinne Bonnet 63 rue Daguerre 75014 Paris
                         du 22 mars au 28 avril 2018




                  Le site d'Anne van der Linden ici

                        Son Hublot du soir


                  

5.2.18

Olga ROCHARD, le 09 février 2018

Les enfants se déguisent,
C'est un jeu très sérieux,
dédoublement, altérité,
« Car Je est un autre...»
Ils changent d'identité.
Retranchés derrière leur masque,
ils observent sans être vus.
Dans l'attente, le devenir,
ils deviennent inquiétants.
Absorbés par cette altérité,
ils acquièrent pouvoir et liberté.
Et dans cet univers parfaitement clos,
ils jouent la possibilité de l'attaque.
Ce sont des héros,
A l'assaut de la société des adultes.
Leurs regards sont des miroirs.

Olga ROCHARD


    



















                                             


         
                   Le site de Olga Rochard ici
                       Son Hublot du soir